Hyōgo Japon Kansai

Le château d’Himeji et les jardins de Koko-en

Aujourd’hui j’ai le plaisir d’enfin vous partager un nouveau carnet du Japon! 2018 fût une année bien remplie côté nippon pour moi, déjà en septembre avec un voyage découverte pour le travail dans la région de Hokuriku, puis en novembre avec un séjour en amoureux principalement dans le Kansai et la région San’in, à l’ouest du pays. Je trouve enfin le temps de vous partager nos aventures automnales dans l’ordre chronologique cette fois, ainsi que quelques conseils et informations pratiques, en commençant par notre première destination : Himeji.

Après une arrivée matinale à l’aéroport international du Kansai situé au sud d’Osaka, Kankū pour les intimes, nous avons fait au plus vite après avoir récupéré les bagages pour échanger nos JR Pass et prendre le train pour rejoindre Himeji. Le trajet depuis l’aéroport s’est fait facilement et plutôt rapidement, nous avons d’abord pris le limited express Haruka jusqu’à Shin-Osaka puis le shinkansen Hikari jusqu’à Himeji, le trajet a pris un peu moins de 2h en tout avec le changement. A Shin-Osaka nous avons eu la chouette surprise de voir le shinkansen Hello Kitty sur le quai d’en face. So cute!

Arrivés à Himeji, le célèbre château blanc est visible déjà depuis le quai entre les bâtiments entourant la gare. Imposant, il semble monter la garde sur la ville. Lors de mon premier voyage, je l’avais aperçu déjà de loin encore en travaux depuis le train, je m’étais promis d’y retourner lors de sa réouverture, et aussi à une période calme pour en profiter tranquillement vu la notoriété du lieu. Il m’aura fallu plusieurs années pour que l’occasion se présente enfin avec ce séjour, j’avais d’autant plus hâte de le découvrir que j’étais cette fois accompagnée de Monsieur Chat, pour qui ce serait la première visite de château japonais !

Après un rapide passage à notre hôtel tout proche de la gare pour déposer les bagages, nous prenons la rue principale Otemae-dori : impossible de se perdre pour rejoindre le château qui se trône au bout de la rue, avec des petites montagnes en fond. Le temps était gris mais doux, sans pluie, j’adore cette lumière pour les photos en automne ! Nous faisons un petit détour pour prendre un déjeuner rapide du côté de l’allée commerçante couverte Omizo-suji, parallèle à la rue principale, avant d’entrer dans le parc du château.

Himeji-jo 姫路城

Le château d’Himeji, Himeji-jo (姫路城) en japonais, est souvent considéré comme le plus beau château médiéval du Japon. C’est déjà la dixième visite de château japonais pour moi et pourtant, arrivé devant celui d’Himeji, celui-ci invite à la révérence. Le château impressionne par sa taille déjà, et aussi par son allure majestueuse et élégante. Nous sommes restés un moment dans le parc à l’admirer sous différents angles avant de s’approcher de la porte principale pour débuter la visite, c’était agréable avec les couleurs de saison. Il y a aussi beaucoup de cerisiers dans le parc, ils sont généralement fleuris début avril et attirent beaucoup de visiteurs japonais comme étrangers.

Le château du Héron blanc 白鷺城

Son surnom de château du Héron blanc, en japonais Shirasagi-jō ou Hakuro-jō (白鷺城), vient bien sûr de la couleur blanche omniprésente dans les éléments du donjon et des tours mais aussi de son allure évoquant un oiseau prenant son envol. Le château a l’air flambant neuf malgré son âge, grâce à de longues rénovations qui ont pris fin en 2015. Himeji-jo fait partie des 12 châteaux de la période d’Edo (1603-1867) dont les donjons en bois (tenshu) d’origine sont encore debout au Japon. Cela paraît peu car on voit beaucoup de châteaux à travers le pays, mais la plupart sont des reconstructions. Les destructions dues à des incendies, tremblements de terre, bombardements pendant la guerre sont malheureusement nombreuses.

Un peu d’histoire

Géographiquement Himeji était un point de défense stratégique, juste à l’ouest de Kyoto, l’ancienne capitale. Des premières fortifications sont déjà construites dans les années 1400 par le clan Akamatsu, dirigeant la province de Harima (qui correspond au sud-ouest de l’actuelle préfecture de Hyōgo). Le donjon a été construit au 16ème siècle puis modifié de nombreuses fois, notamment en 1581 par Toyotomi Hideyoshi, l’une des trois grandes figures de l’unification du Japon. Le château avec ses douves tel qu’on le voit aujourd’hui est l’oeuvre du beau-fils de Tokugawa Ieyasu, Ikeda Terumasa, achevé en 1609.

De grands panneaux explicatifs en anglais sont là pour vous guider à travers les différentes époques et clans à la tête d’Himeji, il y a aussi un guide en ligne. Le destin mouvementé du château du 15ème siècle à aujourd’hui est très intéressant, et lié à de grands noms de l’histoire japonaise. Si vous désirez en apprendre plus sur l’histoire d’Himeji, je recommande vivement de vous inscrire sur un créneau de visite guidée en anglais à l’accueil, généralement un le matin et un l’après midi, le tarif est de 1000¥ par personne (en supplément de l’entrée).

Patrimoine mondial et trésor national

Le donjon n’est pas le seul élément du château a être aussi bien conservé: en tout plus de 80 bâtiments ont survécu ! Une chance considérable, les bombardements de la seconde guerre mondiale ayant détruit une bonne partie de la ville d’Himeji. C’est sans surprise que le château est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993, l’un des premiers sites du Japon à rejoindre la liste. Même si vous n’êtes pas passionné d’histoire japonaise, je pense vraiment que c’est une visite à ne pas manquer, en empruntant les chemins entre les tours et murailles, on a vraiment l’impression de voyager dans le temps. Vous profiterez aussi de superbes vues sur la ville depuis les étages supérieurs du donjon.

Le château est gigantesque avec pas mal d’escaliers, on a l’impression d’être dans un labyrinthe en prenant le chemin du donjon, construit ainsi afin de ralentir l’avancée des troupes ennemies. Comme dans la plupart des châteaux japonais, on trouve peu de meubles dans le donjon en lui-même, ce qui n’empêche pas d’admirer les nombreux détails et décorations des toîts. Vous trouverez un petit sanctuaire au sixième et dernier étage.
Malgré la beauté du lieu la fatigue du long vol avec escale en ayant peu dormi commence à se faire sentir. La journée n’est cependant pas terminée: nous avons encore une visite de prévue aujourd’hui !

Les cerisiers à l’automne c’est possible, vous les avez peut être déjà aperçus dans mon article sur Sakurayama

Visite du château d’Himeji : informations pratiques

Accès : à 15-20mn à pieds de la gare d’Himeji, prendre la sortie Nord.

Tarif : 1000¥ Adulte / 300¥ enfant, je vous conseille le billet combiné à 1050¥ incluant les jardins de Kokoen.

Horaires : Tous les jours de 9h à 17h (18h en été), dernière entrée 1h avant la fermeture.
Fermé le 29 et 30 décembre

Jardins de Koko-en 好古園

Koko-en est pour moi le trésor méconnu d’Himeji, souvent laissé de côté par les voyageurs pressés qui visitent le château en coup de vent entre deux villes. Il s’agit non pas d’un seul jardin, mais d’un ensemble de 9 jardins inspirés de ceux que l’on pouvait trouver à l’époque d’Edo. En se promenant dans les jardins, on pourrait facilement croire qu’ils sont très anciens à l’image du château, mais ils ont en réalité ouverts leurs portes seulement en 1992, à l’endroit où se situait Nishi-Oyashiki, littéralement la résidence ouest du seigneur d’Himeji.

La saison n’était pas encore assez avancée pour profiter au mieux des couleurs d’automne, mais il y avait déjà quelques érables bien rouges, d’autres avec quelques branches oranges et jaunes. Ce que je préfère dans les jardins japonais c’est l’harmonie visuelle entre les différents éléments végétaux et les bassins, pierres, cascades, même les bâtiments et murets en bois et pierre se fondent dans le décor. Le pic de couleur change chaque année, mais il est conseillé de visiter les jardins de mi à fin novembre pour les érables. Le lieu reste agréable toute l’année avec les fleurs de saison, et ses vues sur le château d’Himeji.

Dans les jardins, vous trouverez la maison de thé Souju-an , où il est possible de déguster un thé matcha fraîchement préparé avec un wagashi (500¥). Il s’agit d’une maison de thé traditionnelle, où on prend plaisir à admirer non seulement le jardin, mais aussi une calligraphie et un arrangement floral changeant selon la saison. Le thé y est servi jusqu’à 15h30 environ, nous sommes malheureusement arrivés trop tard pour en profiter. Mes photos du jardin sont d’ailleurs assez sombres comme le soleil se couchait, j’espère avoir l’occasion d’y retourner lors d’un prochain voyage. L’automne est un festival de couleurs au Japon mais il faut se lever tôt pour bien en profiter, le soleil se couche vers 17h.

Visite de Koko-en : informations pratiques


Accès : A 15-20mn à pieds de la gare d’Himeji, tourner à gauche devant le pont menant au château. L’entrée se trouve alors à 300m sur la droite (Google maps).

Tarif : 310¥ adulte / 150¥ enfant ou inclus dans le billet combiné à 1050¥ château et jardins.

Horaires : Tous les jours de 9h à 17h (18h en été), dernière entrée 30h avant la fermeture.
Fermé le 29 et 30 décembre, tout comme le château

Promenade autour du parc du château d’Himeji

Sanctuaire Himeji Gokoku 姫路護国神社

Le sanctuaire Himeji Gokoku est situé à 200m sur la droite du fameux pont de bois Sakuramon qui mène au château. Un sanctuaire calme et agréable, avec de superbes érables qui commençaient déjà à rougir, et un petit jardin sec. Si vous avez un peu de temps avant ou après la visite du château et de ses jardins, et que vous aimez l’ambiance des sanctuaires locaux, je vous le recommande !

Sanctuaire Itatehyozu 射楯兵主神社

Vous ne pourrez pas rater l’entrée du sanctuaire Itatehyozu avec sa grande porte rouge vif donnant directement sur la rue. Il y a de nombreux petits sanctuaires à l’intérieur, de jolis bassins, c’est une visite sympa dans un lieu calme. L’imposante entrée est située juste avant un bureau de poste, n’oubliez pas d’y passer si vous collectionnez les cartes postales Gotochi !

Le musée des beaux arts de la ville plaira aussi aux amateurs d’art contemporain, il nous a été conseillé par l’office de tourisme local.

Où manger végétarien / vegan à Himeji ?

Les demandes d’adresses et conseils pour manger végétarien/vegan au Japon reviennent souvent par message, j’ai décidé d’ajouter cette rubrique pour les futurs carnets, en espérant que cela soit pratique pour vous ! Comme toujours je vous recommande de consulter HappyCow en anglais pour chercher des restaurants végé partout dans le monde, et Vegewel pour le Japon (en japonais seulement pour l’instant).

KOBA & MORE

Le midi en arrivant, nous avons mangé un bon ramen chez Koba, dans l’allée commerçante Omizo-suji. Petit restaurant cozy, peu de sièges, patron adorable qui papote avec les clients : le genre d’endroit que j’adore au Japon. Un ramen avec bouillon à base de légumes est disponible au menu. Il y avait aussi une bonne sélection de bières, saké et whisky. Menu en anglais dispo, le chef le parle également très bien.

Accès : A 7mn à pieds de la gare (Google Maps), dans l’allée commerçante couverte parallèle à la grande rue menant au château.
Horaires : 11h30-14h30 / 18h-21h30, tous les jours sauf le jeudi (vérifiez les horaires sur la page Facebook de Koba )
Prix : 750-950¥ pour un bol de ramen, sides à 550¥

CoCo Ichibanya

Vous connaissez je pense déjà maintenant ma passion pour le curry japonais. CoCo est une chaîne de curry que vous retrouverez un peu partout dans le pays, où vous pouvez facilement personnaliser les ingrédients, la quantité de riz et même le niveau de piment du plat. La plupart des restaurants CoCo proposent un menu 100% veggie, une valeur sûre pour un dîner en ville rapide et à un prix raisonnable. Attention le curry classique de Coco contient de la viande, il faut commander le curry appelé « CoCoICHI vegetarian curry » sur le menu à 530¥, que vous pouvez ensuite customiser avec vos ingrédients favoris, personnellement j’adore avec des champignons, de l’aubergine, de l’okra, ou encore le steak pané de protéines de soja. Le restaurant CoCo d’Himeji est situé au sous-sol du centre commercial Grand Festa, juste à côté de la gare. Ne vous inquiétez pas d’aller manger dans ce genre d’endroit au Japon, c’est tout à fait commun d’avoir des allées de restaurants en intérieur, et n’est en aucun cas synonyme de mauvaise qualité comme on pourrait le croire par chez nous!

Accès : Dans l’allée 5 (5番街) de Grand Festa (Google Maps), centre commercial relié à la gare d’Himeji (n°7 sur la carte).
Horaires : Tous les jours de 10h à 22h .
Prix : environ 1000¥ pour un curry avec plusieurs toppings (menu anglais en ligne) .

Bien sûr en une journée impossible de tout tester, alors voici d’autres idées de restaurants :
Sakurasaku, set menu (végétarien/vegan dispo) de 11h30 à 18h. Dans un charmant cadre traditionnel, tout proche du château. Fermé le lundi et dimanche.
Café il riccio, café macrobiotique vegan & vente de produits locaux, de 11h30 à 19h. Entre la gare et le château. Fermé le lundi.
Karin, un restaurant original installé dans une librairie à l’ambiance rétro qui propose des plats vegan. Ouvert le mercredi et jeudi de 11h30 à 18h.
Izakaya Gonta, toujours sympa d’aller dans un izakaya pour l’ambiance et goûter différents petits plats et alcools locaux. Options végétariennes et vegan sur demande, déjeuner de 12h à 15h, dîner de 17h à 23h30. Fermé le lundi.

Où dormir à Himeji?

Dormy Inn Himeji Shirasagi no Yu
天然温泉白鷺の湯ドーミーイン姫路

Comme nous allions avoir je pense besoin d’une bonne nuit de sommeil assez tôt, surtout après avoir enchaîné le vol et cette première journée de visite, j’avais réservé une nuit au Dormy Inn de Himeji, une chaîne qui est pour moi une valeur sûre au Japon. Bien sûr je préfère dès que c’est possible dormir dans des lieux plus traditionnels, mais en général le premier soir, surtout quand nous sommes en ville, ça fait du bien de se poser et de pouvoir dormir à n’importe quelle heure. De plus, je sais que si je dors au ryokan je veux pouvoir en profiter à fond – ça viendra lors de la suite du séjour ! J’ai choisi Dormy Inn car ils ont souvent des bains communs, le plaisir pour les muscles fatigués après l’avion, et les prix étaient compétitifs sur Rakuten Travel là où je réserve généralement mes hôtels. Nous avons passé une bonne nuit, en plus surclassés dans une chambre plus grande à l’arrivée !

Accès : A 3mn à pieds de la sortie sud de la gare d’Himeji (Google Maps).
Tarifs : A partir d’environ 7000¥ la nuit en chambre double pour deux personnes (tarif préférentiel pour réservation en avance).

Vous trouverez d’autres hôtels dans cette catégorie autour de la gare : les hôtels Monterey Himeji, Richmond Himeji et Daiwa Roynet Himeji sont un peu plus onéreux généralement mais les chambres sont plus spacieuses. Un peu moins cher que Dormy Inn vous avez aussi le Comfort Hotel Himeji ou le Wing International Himeji.

Pour dormir dans un cadre plus traditionnel, nature, et aussi profiter des onsen, le ryokan Ueyama à Shiota Onsen est situé à 40mn de bus de la gare d’Himeji. Yumenoi Yuyake Koyake est aussi un bel établissement plus luxueux, on peut séjourner dans une chambre avec bain extérieur privé et vue sur la forêt.

Côté auberge de jeunesse, j’ai entendu du bien de la guesthouse Shironoshita et Engakudo.

Comment se rendre à Himeji ?

Depuis Tokyo : Environ 3h (Nozomi) à 3h30 (Hikari) avec le shinkansen (16 260¥). Vous avez aussi des bus de nuit à partir de 4400¥ via Willer.

Depuis Kyoto : Environ 45mn (Nozomi) à 55mn (Hikari) avec le shinkansen (5490¥). Autre option : prendre le « JR Special Rapid Service» direction Himeji, environ 90mn / 2310¥.

Depuis Osaka : Environ 30mn (Nozomi) à 40mn (Hikari) au départ de la gare de Shin-Osaka avec le shinkansen (3820¥). Environ 70mn / 1520¥ avec le « JR Special Rapid Service». Pour ceux qui voyagent avec le Kansai Thru Pass vous pouvez aussi prendre le train direct depuis la gare Hanshin Umeda jusqu’à Sanyo-Himeji, environ 90mn / 1300¥.

Depuis Hiroshima : Environ 1h (Nozomi) à 1h10 (Sakura) avec le shinkansen (8450¥).

Tous les tarifs et temps de trajet que j’indique ici sont pour 2020 pour un billet en seconde classe avec réservation de siège quand cela est possible, et seront donc peut être un peu différents lors de votre visite, c’est pour vous donner une idée globale. Pour les horaires de trains, je vous recommande de consulter en anglais le site Hyperdia. Très pratique, il vous donnera de nombreuses informations comme le tarif avec ou sans réservation de siège et en seconde ou première classe (green class), le quai de départ, le nom du train, les différents arrêts, les différents départs. Il y a même une option pour ne voir que les trajets accessibles en JR Pass, il suffit de décocher les shinkansen non inclus : Nozomi / Mizuho. Vous pouvez aussi consulter les horaires de train sur Google Maps avec la fonction itinéraire, qui fonctionne très bien au Japon.

A voir autour d’Himeji

Nous avions un planning chargé le lendemain qui nous a obligé à prendre le train tôt pour Matsue, mais j’aurai adoré me rendre au mont Shosha pour y découvrir le complexe templier millénaire d’Engyoji, situé à une vingtaine de minutes de la gare d’Himeji, avec possibilité de balades autour. Il est même possible d’y déguster la cuisine bouddhiste shōjin ryōri que j’adore, et de dormir sur place. Ce sera pour la prochaine fois !

Himeji est proche également de la ville de Kobe, qui se trouve à une bonne demi-heure en train à l’est, avant Osaka. Je vous laisse découvrir cet excellent article de présentation de la ville de Kobe par Eva, qui est guide sur place.

Les villes de Himeji et Kobe font partie toutes les deux de la préfecture de Hyōgo, si vous aimez les bains onsen ne ratez pas Kinosaki onsen dans cette même préfecture, à 1h45 environ de train au nord.

J’espère que cet article vous a plu et vous aidera à organiser votre visite à Himeji ! Le prochain carnet du Japon vous emmènera à Matsue, dans la préfecture de Shimane, ville de l’eau connue pour son centre historique préservé, sa culture du thé et ses jardins. Un programme qui j’espère vous donnera envie de visiter la région de San’in !

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Merci pour cet article détaillé ! J’ai été trois fois au Japon, et trois fois je suis passée à côté d’Himeji sans m’arrêter. Peut-être que ce sera pour la quatrième fois !

    1. Comme toi je suis passée à côté plein de fois, finalement je suis contente de m’y être arrêtée 🙂 J’espère que tu auras l’occasion ! Merci pour ton commentaire ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.