Auvergne-Rhône-Alpes France Puy-de-Dôme

Val de Courre : Carte postale d’Auvergne

En septembre dernier, nous avons pris la route direction l’Auvergne pour une dernière semaine de vacances à cheval entre l’été et l’automne. Nous sommes restés plus exactement dans le Puy-de-Dôme, d’abord quelques jours près de Mont-Dore, puis plus au nord du côté de Manzat. C’était notre quatrième séjour dans ce joli coin de France que nous commençons à bien connaître, mais dont ne nous lassons pas !

Après une arrivée tardive le premier jour, nous avons juste profité de notre première cabane dans les arbres située dans le village de la Stèle (je vous en reparlerai dans un prochain article). Le soleil était radieux lors de notre réveil le lendemain, ce qui nous a donné envie de prendre la direction du Massif du Sancy, plus particulièrement du Val de Courre. Il s’agissait de notre deuxième visite ici et on peut dire qu’elle aurait difficilement pu être plus différente que la première ! La neige, le brouillard et un vent glacial nous avaient accueillis la fois précédente, nous avions donc vite rebroussé chemin, même si l’ambiance était magique. A seulement un mois d’écart, le lieu était méconnaissable, les sommets et pentes verdoyantes où broutaient paisiblement quelques vaches s’étendaient sous un grand soleil. Merci encore à Noémie (@january.childPagan Wanderers) pour la recommandation de ce bel endroit !

Quand j’ai découvert pour la première fois les paysages d’Auvergne, cela m’a rappelé notre road trip en Ecosse il y a 6 ans déjà. Et oui, de façon assez étonnante je suis allée dans les Highlands avant de venir me promener au centre de notre belle France ! Inspirée par cette ambiance écossaise, j’avais apporté avec moi ma cape et béret en tartan pour notre promenade. Belle surprise à notre arrivée, les vaches étaient toujours présentes, c’était l’occasion de faire quelques photos souvenirs qui m’ont rappelée la randonnée à Coire Gabhail (Glencoe), là où le clan Macdonald cachait du bétail. Les vaches font partie de mes animaux favoris, petite je les aimais à un tel point que j’avais décoré ma chambre sur ce thème. Ma famille m’envoyait aussi des photos de vaches prises pendant leurs voyages, pour mon plus grand bonheur. Autant donc vous dire que de mon côté, personne n’a été vraiment surpris quand je suis devenue végé !

Etant toujours en convalescence à la suite de ma tumorectomie en septembre, nous n’avons bien sûr pas fait la randonnée jusqu’aux sommets du Sancy. Néanmoins les paysages sont magnifiques dans le Val de Courre sans avoir à trop avancer, nous avons passé plusieurs heures agréables à se poser tranquillement dans l’herbe moelleuse, à observer les vaches et les animaux sauvages – marmottes, mouflons, chamois, oiseaux… Nous avons même piqué un petit somme tellement nous étions bien installés sous le soleil. J’espère être assez en forme pour grimper en haut la prochaine fois, la vue doit être incroyable ! J’espère que cette petite balade vous a plu, j’essaie de vous partager la suite de cette parenthèse auvergnate bientôt.

Informations pratiques pour votre visite au Val de Courre

Le Val de Courre fait partie de la Réserve Naturelle de Chastreix-Sancy, et les sommets culminent à plus de 1500 mètres, prévoyez donc bien des vêtements adaptés selon la météo (particulièrement de quoi vous protéger du vent), ainsi que suffisamment d’eau. Il y a plusieurs supérettes à Mont-Dore à quelques minutes en voiture de là.


Parking : Au niveau du téléphérique (Maps), gratuit hors saison, sinon forfait 5h à 4€ (en 2021).
Randonnées : boucle de 3h environ, détail du parcours sur Visorando. Vous pouvez aussi rejoindre le GR30 et GR4 pour différents parcours via Chastreix.

Newsletter

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.