ARTISTS

Interview : Lili Arts

3 août 2015

Bonjour mes petits chats !
Aujourd’hui j’ai envie de vous présenter une artiste et amie, Lili, dont j’admire énormément le travail. Nous nous sommes rencontrées grâce à la toute aussi talentueuse Ivy ( La Licorne Ailée ) pour qui j’avais défilé à Geekopolis l’année dernière. Vous avez déjà, de plus, pu lire son nom sur le blog en début d’année, quand je vous parlais du salon du chat au Pavillon Baltard. Je vous invite donc sans plus tarder à découvrir à travers une dizaine de questions et d’images des travaux de Lili, son univers onirique qui je pense saura vous séduire par sa finesse et son élégance.

11815633_1050796098287709_2109231156_n

Peux-tu te présenter en quelques lignes, et nous dire ce que tu fais dans la vie  ?  

Et bien je suis illustratrice / artiste peintre. Je dessine depuis toujours et voulais à la base me spécialiser dans l’animalier, travailler avec les ethnologues mais ce qui n’a pas pu se faire, donc je me suis dirigée vers une école d’arts privée : l’école MJM de Paris. J’ai choisi la section graphisme publicitaire, mais qui ne me correspondait pas vraiment car il y avait une majorité de graphisme et très peu d’illustration. J’ai tout de même fini ma formation. En sortant de l’école j’ai végété car à l’époque on ne formait pas sur PAO et DAO et je n’avais plus les moyens de faire d’autres formations. J’ai donc cherché du travail et me suis exercée moi-même à l’illustration traditionnelle, en même temps j’ai travaillé pour certains jeux de rôles et des magazines musicaux axés gothique. Puis j’ai dû tout arrêter pendant quelques années pour des raisons personnelles. Et j’ai repris l’illustration et la peinture à plein temps il y a deux ans.

11798232_1050796088287710_1339102035_n

Quelles ont été tes premières inspirations ?

 Mes toutes premières inspiration ont été l’artiste Jean-jacques Audubon, ethnologue du XIXème et les gravures de vieux livres. Je m’amusais, petite, à refaire les illustrations d’Alice au pays des merveilles, ce qui m’a amené à préférer travailler à l’encre et à la plume. Pour l’aquarelle, eh bien, c’est Monet mon peintre préféré. J’ai vu quelques unes de ses aquarelles et je suis tombée amoureuse et ai voulu m’y mettre. Après en vieillissant j’en suis venue à essayer de mêler encre et aquarelle, mes deux techniques donc, le traditionnel étant privilégié.
11824228_1050796114954374_1464414417_n
 Comment définirais tu ton style de création en quelques mots ? Si tu devais décrire une de tes dernières créations par exemple, quels mots clés te viendraient à l’esprit ?

Le thème de la mode me sert pour mes aquarelle mêlées à l’encre, quant à l’aquarelle pure, je l’utilise pour les thèmes animaliers.

 Mon univers tourne surtout autour, du thème victorien pour les décors d’encadrement, du Japon et donc des études animalières.
11774685_1051363518230967_1632080294_nLili avec Fantine, Photo : Aurélie Lapuyade.
En parlant du Japon, comme j’en parle assez souvent sur les carnets, qu’est-ce qui t’attire vers cette culture, en plus des estampes ?  
Eh bien, en fait, je vais remonter très loin :  ma grand mère a vécu au Vietnam et depuis toute petite elle m’en parlait, me relatait des histoires et me racontait la vie de ses amis Viêt et des Japonais qu’elle y a côtoyés. C’est elle qui m’a élevée et donc j’ai baigné dedans depuis toujours. Elle me parlait avec quelques termes vietnamiens, et puis en grandissant je me suis plus dirigée vers la culture japonaise. En fait, leur esthétisme, leur vision traditionnelle me parle beaucoup. Leur art est pour moi presque le summum. Je ne saurais expliquer en un seul mot ce que je ressens en voyant leur art et leurs tenues traditionnelles, cela me met en transe. Il n’y a que la musique chinoise et japonaise qui m’apporte du bien être pratiquement à chaque fois que j’en écoute. Et j’en suis venue au tatouage traditionnel sur moi-même en voyant une photo d’une Japonaise qui avait tout le corps tatoué et je l’ai trouvée tellement belle que j’ai voulu le faire moi aussi. Et je ne me sens bien qu’avec mes tatouage, je n’accepte mon corps qu’avec eux et je ne pourrai avoir que ce style sur moi, et peut être un décolleté victorien. Mon dragon japonais et ma carpe étaient très importants pour moi, dans ce qu’ils représentaient. Et il était important pour moi aussi d’avoir une création totale et libre de mon tatoueur qui a appris aussi par un grand maître là bas. Je lui ai donné libre cours en imposant seulement les motifs des fleurs de cerisier, le mouvement d’air, de l’eau et la carpe et le dragon. Il a tout placé comme il l’a voulu et c’est un vrai chef d’oeuvre.
11830059_1050796134954372_1897872586_n
En revenant vers ton travail d’illustration, quelle est ton étape favorite dans la création ?
Quand j’attaque une illustration, je ne sais jamais si je vais y arriver. Car comme je ne travaille que traditionnellement, je ne sais jamais si je vais devoir jeter tout mon travail ou non. Et puis ensuite voir les premiers traits, voir prendre forme l’illustration est un moment magique. Après, je sais où je vais au niveau illustration, et pas du tout pour l’art abstrait.
Pour l’art abstrait, tu travaille surtout avec l’acrylique ? 
Que de l’acrylique bien que j’aimerais y associer quand je le pourrai du pastel.
    • creator-of-the-universeIllustration de Lora Zombie, 2013.
      Est-ce qu’il y aurait un artiste, une personnalité à laquelle tu t’identifies ?

       

      M’identifier non, mais il y a tellement d’artistes différents que j’aime. En ce moment je voue presque un culte à Lora Zombie une artiste russe et Agnès Cécile. Sinon pour l’illustration animalière Marcel Witte est un maître pour moi, mais il y en aurait tellement d’autres à nommer !

       

      11830119_1050796128287706_7889196_n

      Je découvre en même temps les autres artistes, c’est superbe ! Quelle a été l’oeuvre qui t’a donné le plus de fil à retordre ?

      Je suis paradoxale, en fait je ne m’amuse que dans la difficulté c’est à dire que je n’aime vraiment travailler que les détails. J’adore les architectures très détaillées. Mais je dirais que mon encre la plus subtile fût Jumelle, une encre colorée sur deux bronzés de Mucha. D’autres passions pour moi : l’art déco et l’art nouveau.
      11844152_1050796108287708_1290370928_n

      Comment tu te vois dans quelques années, ce serait quoi ta situation idéale ?

       

      Vivre de mon art, pas obligatoirement que l’on parle de moi, mais faire et être demandée pour des expos et pouvoir vivre de mes illustrations. Et enfin pouvoir réaliser mon livre d’illustrations animalières à décors victoriens en collaboration avec mon mari, qui écrit.

       11830695_1050796111621041_395004695_n

Tu aurais un conseil à donner aux débutants dans l’illustration ? Et inversement, quel est le meilleur conseil qu’on t’ai donné ?

Un conseil, oui :  ne vous lancer pas dedans à moins d’avoir des épaules  solides et un sacré caractère et de ne pas être pessimiste. On ne m’a jamais vraiment donné de conseils. On peut dire que même en faisant une école d’art j’ai plus appris sur le tas que là bas, donc s’accrocher si c’est vraiment une raison de vivre comme pour moi. Et surtout de ne pas rester sur ses acquis et s’essayer à toujours autre chose pour évoluer.
    • 11830919_1050796124954373_1447656302_n

Et la dernière, question bonus, si tu avais un super pouvoir, ce serait quoi ?

Parler et comprendre les animaux, une dolittle quoi !

 

11830194_1050796141621038_1248639634_n11823950_1050796118287707_243266254_n

 J’espère que cette petite interview vous a plu, et je vous invite à suivre le travail de Lili sur sa page facebook Lili Arts et son site internet. J’ai quelques autres amis aux doigts de fées dont j’aimerai vous présenter le travail, si ces petites interviews vous plaisent !
Baisers fleuris, 

Alice. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  • Reply Une Sérénade fleurie pour une année de plus - Les carnets d'Alice 11 juin 2017 at 7:00

    […] surprise très spéciale était celle de ma douce Lili, dont je vous avais déjà parlé sous forme d’interview sur le blog, qui m’a offert une magnifique illustration de moi et Chewie, inspirée […]

  • Leave a Reply