Automne/Hiver France Halloween Île-de-France Séances photo Yvelines

La sorcière des Vaux de Cernay

Au programme aujourd’hui : une balade d’automne envoûtante dans un de mes lieux favoris à visiter en Île-de-France, l’Abbaye des Vaux-de-Cernay dans les Yvelines. Cette abbaye cistercienne du XIIème siècle est transformée en hostellerie de charme en 1988, son parc ouvre alors au public, pour notre plus grand plaisir. Un lieu où les vieilles pierres se mêlent à la nature, dans un cadre idyllique.

Un peu d’histoire

Les origines de l’abbaye remontent à l’an 1118, une douzaine de moines venant de Savigny obtiennent une terre de la part de Simon III de Neauphle-le-Château et de son épouse la dame de Cernay, Eve. L’abbaye tout d’abord construite en bois est ensuite à partir de 1145 transformée en pierre, et jouit d’un rayonnement important dans la région. On dit que c’est suite à la visite au domaine de Saint Louis et de sa femme Marguerite de Provence que la reine tombe enfin enceinte, grâce aux prières et à l’eau sacrée de la fontaine Saint Thibaud. L’abbaye s’agrandit à l’époque de François 1er avec de nouvelles constructions : une aile renaissance et un palais abbatial, dont il ne reste malheureusement que peu de vestiges aujourd’hui. A la révolution il n’y a plus qu’une douzaine de moines, contre 200 à l’époque la plus florissante du domaine, qui sont chassés en 1791.

C’est madame Charlotte de Rothschild (1825-1899) qui sauve l’abbaye d’une démolition totale, celle-ci étant alors transformée en carrière de pierres, elle la rachète et entreprend sa restauration durant 30 ans. Après sa disparition, les descendants de Charlotte continuent à organiser des fêtes aux Vaux de Cernay, qui accueillera même une partie des sculptures de Versailles durant la deuxième guerre mondiale. En 1946 l’industriel et constructeur d’avions Félix Amiot rachète le domaine. L’abbaye est classée au titre des monuments historiques de France en 1994.

Une sorcière aux airs de Chocola

Il ne s’agit pas d’une erreur d’orthographe, je parle bien sûr de la sorcière de la série Chocola et Vanilla (Sugar Sugar Rune), basée sur le manga de Anno Moyoko. J’avais envie d’un look de sorcière pour notre visite à l’abbaye, et je venais de retrouver ma cape cousue main avec ma maman pour un de mes premiers cosplays il y a une dizaine d’années, la jeune sorcière Chocola Meilleure (en ligne ici). J’ai beaucoup changé depuis, j’ai donc voulu créer une tenue de Chocola plus adulte, tout en m’inspirant de la tenue originale, avec ma touche personnelle.

Les ruines de l’abbatiale du XIIème, sûrement la vue la plus connue et impressionnante des Vaux de Cernay. Son triste état serait dû au Baron Christophe, qui en 1816 place une charge explosive dans le cœur pour en récupérer les pierres.

Une belle édition des œuvres de Poe m’accompagnait, de la collection « Leatherbound Classics » de Barnes & Noble.

La promenade ne s’arrête pas aux bâtiments principaux de l’abbaye, vous pouvez continuer par le tour de l’étang, le long du chemin des Moines. Les fougères entre vert et or rivalisaient de beauté avec les arbres au bord de l’eau, dont les feuilles avaient déjà de belles teintes automnales (les photos datent de la mi-octobre). Pour la petite anecdote, j’ai effrayé sans le vouloir un petit garçon, avec mon grand chapeau et ma baguette magique. Je trouve que j’avais pourtant l’air d’une sorcière sympa !

De l’autre côté du point d’eau, l’ancienne grille XVIIème de Coutant d’Ivry du Château d’Arnouville est encadrée de feuilles d’or. Je ne me souvenais pas de ce petit coin de l’abbaye, alors que c’est pourtant ma troisième visite ici. Comme si sous le sortilège flamboyant de l’automne, on redécouvre les lieux comme si c’était la première fois.

Alors que la lumière commence à baisser, je m’aventure sur un chemin désert pour rejoindre la Chapelle du XVIIIème siècle. Une famille de faisans vaque paisiblement à ses occupations et ne semble pas être effrayée par mon arrivée. Je reste un moment seule à les observer, remerciant la nature pour ce moment précieux. Au moment de redescendre pour rejoindre Monsieur, je me retourne face au spectacle d’une lumière magique baignant les arbres, comme l’impression d’être accompagnée par les fées du parc.

Le ciel s’assombrit, et il est temps de rentrer chez nous avant que l’orage ne nous rattrape. Une lumière presque irréelle, entre de lourds nuages noirs et d’intenses rayons dorés qui font ressortir d’un puissant contraste les bâtiments du domaine contre les bois de légende.

Préparer votre visite à l’Abbaye des Vaux de Cernay

L’abbaye est actuellement en rénovation, sa réouverture est prévue pour l’hiver 2022 / 2023. Les informations ci-dessous sont donc données à titre indicatif, en se basant sur nos précédentes visites. Les modalités d’entrée pouvant changer n’oubliez pas de consulter le site officiel abbayedecernay.com avant votre venue.

Accès
En voiture : entre 45mn et 1h de Paris, parking gratuit mais peu de places donc arriver tôt en haute saison (Google Maps).
En vélo : l’abbaye est située sur l’itinéraire de la Véloscenie Paris – Le Mont Saint-Michel, la forêt alentour en fait une étape agréable.
En transports : la gare la plus proche est à 20mn en voiture (RER B Saint-Rémy-Lès-Chevreuse), il y a le Baladobus qui fait la liaison avec plusieurs sites dans la Vallée de Chevreuse.

Tarifs :
Visite libre de l’Abbaye : Adulte 8€, Etudiant 6€, Enfant 4€
Visite guidée : Adulte 10€, Enfant 7€
Forfait salon de thé et visite conférencière le dimanche à 15h : 20€

Pour prolonger la visite, de nombreux parcours de randonnée permettent de profiter des 1000 hectares de bois autour du domaine et de la forêt de Rambouillet.

Newsletter

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.